détromper


détromper

détromper [ detrɔ̃pe ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1611; de dé- et tromper
Tirer (qqn) d'erreur. démystifier, désabuser, désillusionner. Vous avez une opinion dont je veux vous détromper ( ACADÉMIE ). « les événements détrompent souvent mes prévisions » (Duhamel).
SE DÉTROMPERv. pron. Revenir de son erreur. Détrompez-vous : n'en croyez rien (de ce que vous dites).
⊗ CONTR. Tromper.

détromper verbe transitif Tirer quelqu'un de l'erreur : Les événements le détromperont.détromper (synonymes) verbe transitif Tirer quelqu'un de l'erreur
Synonymes :
- désabuser
- désillusionner
Contraires :

détromper
v. tr. Tirer (qqn) d'erreur.
|| v. Pron. Détrompez-vous: revenez de votre erreur.

⇒DÉTROMPER, verbe trans.
[Le compl. d'obj. désigne une pers., un attribut ou une manifestation d'une pers.] Faire que quelqu'un ne soit pas (ou plus) trompé, le tirer d'erreur (cf. abuser ex. 21) :
1. L'homme ne trouve le courage de résister, de se révolter que contre une autorité qui montre des signes de défaillance. (...) Mon « optimisme » m'empêchait de le croire autrefois. Mais la guerre m'a détrompé amplement. Le courage révolté, ou « révolutionnaire », de l'homme? Sombre blague.
ROMAINS, Les Hommes de bonne volonté, Verdun, 1938, p. 229.
[Le verbe est suivi d'un compl. d'obj. second. qui désigne la chose erronée] Détromper qqn de/sur qqc. Détromper le peuple sur les absurdités qu'il plaira au premier venu de lui débiter (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 378) :
2. Tu sais, mon cher ami, que ta santé et ton bonheur sont les deux objets de mes désirs, et quand tu feins de l'ignorer c'est pour avoir le plaisir d'être détrompé d'une erreur que tu n'as pas.
STAËL, Lettres de jeunesse, 1786, p. 117.
Vieilli. [Avec un compl. d'obj. second., la prép. de ou sur désignant la pers. sur laquelle porte (ou a porté) l'erreur] :
3. ... je ne me suis jamais cru digne de l'amour d'un être tel que toi. Tu t'abuses toi-même sur la nature des sentiments que je t'inspire, et mon devoir, (...) c'est de te détromper sur toi-même. Ne me parle donc plus de ton amour, Adèle, ...
HUGO, Lettres à la fiancée, 1822, p. 256.
4. ... comme on sera bien plus détrompé des Kings, des nobles et des prêtres vers 1870 qu'aujourd'hui, il me vient la tentation d'outrer certains traits contre cette vermine de l'espèce humaine.
STENDHAL, Souvenirs d'égotisme, 1832, p. 125.
Rem. Selon Ac. 1835-78 la constr. détromper qqn sur le compte de qqn est préférable à la constr. détromper qqn de qqn.
Rare. [Le compl. d'obj. second. est une prop. inf. introduite par de] La souffrance (...) nous détrompe de vouloir le moins pour nous porter à vouloir le plus (BLONDEL, Action, 1993, p. 380).
Emploi pronom. réfl., en emploi abs. Lui [à la chimie] reprocher de se détromper elle-même par ses expériences, c'est l'accuser de sa bonne-foi (CHATEAUBR., Génie, t. 2, 1803, p. 46).
♦ [Le plus souvent dans la conversation à l'impér.] :
5. JOE (...) vous n'avez pas très bien dormi, peut-être?
WANDA. — Détrompez-vous! Excellente nuit, après la plus divertissante des soirées...
MARTIN DU GARD, Un Taciturne, 1932, p. 1279.
Vx. [Le verbe est suivi d'un compl. d'obj. second. désignant la chose erronée] Tu penses (...) qu'un poète est méchant (...) Détrompe-toi de cette erreur. Non, le jeune poète est doux, innocent (CHÉNIER, Élégies, 1794, p. 19).
Rem. On rencontre ds la docum. a) L'inf. subst. détromper, rare. Fait d'être détrompé. De mes projets, de mes études, de mes expériences, il ne m'est resté qu'un détromper complet de toutes les choses que poursuit le monde (CHATEAUBR., Mém., t. 4, 1848, p. 597). b) Des ex. du part. passé adj. détrompé, ée. Sorti d'erreur. Si les nuées reviennent voiler le soleil, tout dans l'ombre se flétrit à ses yeux : l'avenir est chargé de maux, tout est sinistre, alarmant, le voilà détrompé, triste, accablé (SENANCOUR, Rêveries, 1799, p. 59). Malades et inquiets, consumés de chagrins incessants, détrompés de leurs espérances, (...) avides d'infini, affamés d'un bonheur qu'ils ne rencontraient nulle part, néanmoins, malgré ces dégoûts, ce vide (...) Otto et Giula s'aimaient, d'une manière inexprimable (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 273).
Prononc. et Orth. :[], (je) détrompe []. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1611 (COTGR.). Dér. de tromper; préf. dé-. Fréq. abs. littér. :311. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 790, b) 339; XXe s. : a) 267, b) 301.

détromper [detʀɔ̃pe] v. tr.
ÉTYM. 1611; de 1. dé-, et tromper.
Tirer (qqn) d'erreur. Désabuser, dessiller (les yeux de). || Il s'entête et je ne parviens pas à le détromper. || Vous avez une opinion dont je veux vous détromper (Académie). || Les événements l'ont détrompé. || Être détrompé de qqn (vx), revenir sur l'opinion qu'on en avait.
1 On est quelquefois moins malheureux d'être trompé de ce qu'on aime, que d'en être détrompé.
La Rochefoucauld, Maximes, 395.
2 Détromper un homme préoccupé de son mérite est lui rendre un aussi mauvais office que celui que l'on rendit à ce fou d'Athènes qui croyait que tous les vaisseaux qui arrivaient dans le port étaient à lui.
La Rochefoucauld, Maximes, 92.
3 (…) détromper mon père, et lui mettre en plein jour
L'âme d'un scélérat (…)
Molière, Tartuffe, III, 4.
4 (…) les événements détrompent souvent mes prévisions (…)
G. Duhamel, le Voyage de P. Périot, III, p. 61.
——————
se détromper v. pron.
Revenir de son erreur. || Détrompez-vous : l'entreprise est plus difficile que vous ne le croyez.
Vx. || Détrompez-vous de votre erreur.
5 J'ai cru (…) que ces endroits étaient clairs et intelligibles pour les acteurs, pour le parterre et l'amphithéâtre, que leurs auteurs s'entendaient eux-mêmes (…) je me suis détrompé.
La Bruyère, les Caractères, I, 8.
CONTR. Tromper. — Persévérer (dans l'erreur).
DÉR. Détrompeur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • détromper — DÉTROMPER. v. a. Désabuser, tirer d erreur. Vous avez une telle opinion, je veux vous détromper. Je veux vous détromper de cet homme là. Il se fioit à ce fripon, j ai eu bien de la peine à l en détromper. Se détromper.Sortir d erreur, se… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • détromper — (dé tron pé) v. a. 1°   Tirer d erreur. Il croit qu on le dessert secrètement ; il faut le détromper. •   Il veut par cet affront qu elle soit détrompée, RAC. Brit. I, 2. •   La diète fut bientôt détrompée de la fausse nouvelle de la mort du roi… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DÉTROMPER — v. a. Désabuser, tirer d erreur. Vous avez une opinion dont je veux vous détromper. Je veux vous détromper de cet homme là, ou mieux, sur le compte de cet homme là. Il se fiait à ce fripon, j ai eu bien de la peine à l en détromper. Il vous… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • detromper — I. Detromper. v. act. Desabuser, tirer d erreur. Vous avez une telle opinion, je vous veux detromper. je vous veux detromper de cet homme là. il se fioit à ce fripon, j ay en bien de la peine à l en detromper. detrompez vous .... II. Se detromper …   Dictionnaire de l'Académie française

  • DÉTROMPER — v. tr. Tirer quelqu’un d’erreur. Vous avez une opinion dont je veux vous détromper. Je veux vous détromper sur le compte de cet homme là. Il se fiait à ce fripon, j’ai eu bien de la peine à l’en détromper. Cette lettre le détrompa. L’événement… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • détromper — vt. , tirer // sortir (qq.) de son erreur : détranpâ (Saxel), détronpâ (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • se détromper — ● se détromper verbe pronominal Détrompe toi, détrompez vous, se dit à quelqu un lorsqu on veut lui montrer qu il se trompe, qu il a tort. ● se détromper (expressions) verbe pronominal Détrompe toi, détrompez vous, se dit à quelqu un lorsqu on… …   Encyclopédie Universelle

  • démystifier — [ demistifje ] v. tr. <conjug. : 7> • 1948 ; de dé et mystifier 1 ♦ Détromper (les victimes d une mystification collective, d un mythe). « Peuple, tu es mystifié. Tu seras démystifié » (Ionesco). 2 ♦ Priver de son mystère, de son attrait en …   Encyclopédie Universelle

  • désabuser — [ dezabyze ] v. tr. <conjug. : 1> • XVI e; de dés et abuser ♦ Vx ou littér. Tirer (qqn) de l erreur, de l illusion qui l abuse. ⇒ désenchanter, désillusionner, détromper . « Je vois, je sais, je crois, je suis désabusée » (P. Corneille). «… …   Encyclopédie Universelle

  • dessiller — [ desije ] v. tr. <conjug. : 1> • décillerXIIIe; de ciller, a. fr. « coudre les paupières d un oiseau de proie pour le dresser » ♦ Séparer les paupières qui étaient jointes. DESSILLER LES YEUX, les ouvrir. Fig. Dessiller les yeux de qqn, à… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.